Accueil du site > RAPPORTS PUBLICS > Cohésion Sociale > 2009 > Programme d’aide alimentaire dans les départements d’Outre-mer

Programme d’aide alimentaire dans les départements d’Outre-mer


VIENNE Patricia , BOUR-POITRINAL Emmanuelle , FRANCE. Inspection générale des affaires sociales ; FRANCE. Conseil général de l’agriculture, de l’alimentation et des espaces ruraux

Ce rapport rend compte de la mission confiée conjointement à l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS)et au Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux (CGAAER). Cette mission avait pour objet d’évaluer la faisabilité de la constitution de plateformes logistiques départementales dans chacun des 4 départements d’outre-mer (Guadeloupe, Guyane, Martinique, Réunion). En effet dans le cadre du plan de relance initié par le Président de la République, 20 millions d’euros sont affectés à l’aide alimentaire, dont un peu plus d’un million d’euros pour les 4 DOM. Le rapport examine le projet martiniquais qui propose une plate forme départementale dont les missions seraient de repérer les besoins de la population, de recevoir l’ensemble des denrées de l’aide alimentaire et de les répartir auprès des associations en charge de leur distribution. Il étudie la faisabilité d’un tel dispositif dans les trois autres DOM (Guadeloupe, Guyane et Réunion) qui ont également engagé des travaux de réflexion. Le rapport se demande également si la constitution d’une plate forme départementale domienne nécessite de faire évoluer les appels d’offre du programme européen d’aide alimentaire aux plus démunis (PEAD) et du programme national d’aide alimentaire (PNAA).

 
Informations pratiques

Recherche sur le site










Avertissement

Certains acteurs du champ sanitaire sont actuellement sollicités au téléphone par des personnes se présentant comme des membres de l'IGAS, ou mandatées par ce service, pour obtenir des informations sur leurs activités et leur clientèle.

L'IGAS invite les personnes sollicitées à ne communiquer aucune information dans ces circonstances. Elles doivent savoir que les inspecteurs de l'IGAS ne procèdent pas à des investigations inopinées par téléphone et qu'ils ne s'adressent jamais de manière anonyme aux organismes qu'ils contrôlent ou auprès desquels ils recueillent des informations.