Accueil du site > RAPPORTS PUBLICS > Protection Sociale > 2010 > Analyse de l’évolution des dépenses au titre de l’aide médicale (...)

Analyse de l’évolution des dépenses au titre de l’aide médicale d’Etat


CORDIER Alain , SALAS Frédéric , FRANCE. Inspection générale des finances ; FRANCE. Inspection générale des affaires sociales

L’aide médicale de l’Etat (AME) est un dispositif de prise en charge des soins pour les étrangers en situation irrégulière résidant en France de manière ininterrompue depuis plus de trois mois et disposant de ressources inférieures à un plafond identique à celui exigé pour bénéficier de la CMUC (634 euros mensuels pour une personne seule, 951 euros pour deux personnes). Depuis sa création dans la continuité de l’aide médicale départementale, l’AME a fait l’objet de plusieurs rapports. Le rapport ci-joint s’inscrit dans le prolongement du rapport IGF/IGAS de mai 2007. Une forte augmentation des dépenses d’AME (droit commun) a été observée en 2009 (+13,3%) pour atteindre 540 millions d’euros, largement supérieure au rythme de progression des dépenses d’assurance maladie. Cette progression s’est à peine ralentie au premier semestre 2010 (+12,3%). Les ministres commanditaires ont demandé à la mission d’analyser les causes d’une telle évolution, et de proposer toutes solutions utiles pour améliorer la fiabilité des prévisions budgétaires (au sein du programme 183 « protection maladie »), voire pour renforcer la maîtrise du dispositif. A leur demande, la mission devait également examiner les modalités de mise en place d’une contribution forfaitaire des bénéficiaires de l’AME sous forme d’un droit d’entrée dans le dispositif, et en évaluer le bénéfice-coût.

 
Informations pratiques

Recherche sur le site










Avertissement

Certains acteurs du champ sanitaire sont actuellement sollicités au téléphone par des personnes se présentant comme des membres de l'IGAS, ou mandatées par ce service, pour obtenir des informations sur leurs activités et leur clientèle.

L'IGAS invite les personnes sollicitées à ne communiquer aucune information dans ces circonstances. Elles doivent savoir que les inspecteurs de l'IGAS ne procèdent pas à des investigations inopinées par téléphone et qu'ils ne s'adressent jamais de manière anonyme aux organismes qu'ils contrôlent ou auprès desquels ils recueillent des informations.