Accueil du site > RAPPORTS PUBLICS > Cohésion Sociale > 2011 > Rapport sur la pertinence du renforcement de la règlementation de la (...)

Rapport sur la pertinence du renforcement de la règlementation de la "sécurité incendie" de la petite hôtellerie décidé en 2006


SANSON Gilles, HADDOUCHE Nacéra, LE BOULAIRE Christian, RAYMOND Michel, CHAPELON Jean, BARREY Guy, LEBENTAL Bruno, AMAND Francis

FRANCE. Inspection générale de l’administration ; FRANCE. Inspection générale des affaires sociales ; FRANCE. Conseil général de l’environnement et du développement durable ; FRANCE. Contrôle général économique et financier

Le renforcement de la réglementation de la sécurité incendie de la petite hôtellerie a été décidé à la suite de l’incendie le 15 avril 2005 de l’hôtel Paris-Opéra qui avait fait 24 victimes. Les modalités envisagées de ce renforcement dont l’application doit être effective avant août 2011 ont toutefois suscité de la part des professionnels de l’hôtellerie des critiques et des craintes. Le rapport souligne l’hétérogénéité effective des situations auxquelles sont confrontés les petits hôtels en matière de sécurité-incendie ainsi que la discordance des exigences manifestées à leur encontre par l’administration. Il estime, par conséquent, que le renforcement de la réglementation appelle, pour être viable, une approche plus fine que celle initialement envisagée, sans pour autant remettre en cause ses principes et présente une série de préconisations pour améliorer le dispositif projeté et en permettre l’application à l’échéance fixée initialement.

 
Informations pratiques

Recherche sur le site










Avertissement

Certains acteurs du champ sanitaire sont actuellement sollicités au téléphone par des personnes se présentant comme des membres de l'IGAS, ou mandatées par ce service, pour obtenir des informations sur leurs activités et leur clientèle.

L'IGAS invite les personnes sollicitées à ne communiquer aucune information dans ces circonstances. Elles doivent savoir que les inspecteurs de l'IGAS ne procèdent pas à des investigations inopinées par téléphone et qu'ils ne s'adressent jamais de manière anonyme aux organismes qu'ils contrôlent ou auprès desquels ils recueillent des informations.