Accueil du site > RAPPORTS PUBLICS > Santé > 2012 > Evaluation de la prise en charge du diabète

Evaluation de la prise en charge du diabète

JOURDAIN-MENNINGER Danièle ; Dr.LECOQ Gilles ; MOREL Annick Inspection générale des affaires sociales. France.

L’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) a mené une mission d’évaluation transversale de la politique de santé publique relative à la prise en charge du diabète, devenue en 2010 la première des maladies chroniques en France (3 millions de personnes atteintes). La mission observe que le coût du diabète progresse ces dernières années à raison d’un milliard d’euros par an, et ce en dépit des actions volontaristes des pouvoirs publics et de l’assurance maladie, mises en place depuis plus de dix ans. Au-delà de stratégies de dépistage ou de prévention spécifiques qui gagneraient à être améliorées, elle estime que cette pathologie chronique, comme toutes les autres, questionne le système de soin de premier recours sur son organisation et son efficacité à accompagner des patients au long cours, notamment par l’éducation thérapeutique (ET), mais aussi le rôle de l’hôpital et son articulation avec la ville. Cette réflexion est complétée par une analyse de l’accessibilité de certains actes en ville ainsi que de la qualité et sécurité des antidiabétiques oraux. Une synthèse des recommandations figure en fin du rapport.

Resume_Rapport_diabete_.pdf (PDF - 77.6 ko)
RM2012-033P_Diabete_RAPPORT_TOME_I.pdf (PDF - 951.8 ko)
RM2012-033P_Diabete_RAPPORT_TOME_II_ANNEXES.pdf (PDF - 3.4 Mo)
 
Informations pratiques

Recherche sur le site










Avertissement

Certains acteurs du champ sanitaire sont actuellement sollicités au téléphone par des personnes se présentant comme des membres de l'IGAS, ou mandatées par ce service, pour obtenir des informations sur leurs activités et leur clientèle.

L'IGAS invite les personnes sollicitées à ne communiquer aucune information dans ces circonstances. Elles doivent savoir que les inspecteurs de l'IGAS ne procèdent pas à des investigations inopinées par téléphone et qu'ils ne s'adressent jamais de manière anonyme aux organismes qu'ils contrôlent ou auprès desquels ils recueillent des informations.