Accueil du site > RAPPORTS PUBLICS > Cohésion Sociale > 2012 > L’évaluation de l’état d’invalidité en France : réaffirmer les concepts, (...)

L’évaluation de l’état d’invalidité en France : réaffirmer les concepts, homogénéiser les pratiques et refondre le pilotage du risque


Dr Pierre ABALLEA, Etienne MARIE - Inspection générale de affaires sociales

Par lettre du 8 juin 2011, le Ministre du travail, de l’emploi et de la santé a demandé à l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) de rédiger un rapport visant à étudier un barème d’attribution des pensions d’invalidité cohérent avec le barème d’attribution de l’allocation aux adultes handicapés et à mieux encadrer la définition de l’inaptitude. Dans un premier temps, le rapport définit un référentiel de l’évaluation de l’invalidité, faisant notamment la synthèse de travaux internationaux sur le sujet. Puis, il présente la situation de la France et analyse la question de l’hétérogénéité des décisions prises en matière d’attribution d’une pension d’invalidité tant dans le cadre du régime général de la CNAMTS que dans celui des autres régimes. L’impact des deux leviers principaux à disposition des caisses permettant de réduire certains des indicateurs d’ hétérogénéité, soit un barème et un pilotage de réseau, est détaillé. Enfin, le rapport propose des réformes visant à harmoniser la définition de l’invalidité quel que soit le régime concerné, à expérimenter le barème de l’allocation adulte handicapé ou celui du droit commun pour l’évaluation des capacités fonctionnelles articulée avec un processus de mesure de l’employabilité et associé à la mise en place d’un pilotage renforcé du risque invalidité.

Consulter le rapport
Annexes

 
Informations pratiques

Recherche sur le site










Avertissement

Certains acteurs du champ sanitaire sont actuellement sollicités au téléphone par des personnes se présentant comme des membres de l'IGAS, ou mandatées par ce service, pour obtenir des informations sur leurs activités et leur clientèle.

L'IGAS invite les personnes sollicitées à ne communiquer aucune information dans ces circonstances. Elles doivent savoir que les inspecteurs de l'IGAS ne procèdent pas à des investigations inopinées par téléphone et qu'ils ne s'adressent jamais de manière anonyme aux organismes qu'ils contrôlent ou auprès desquels ils recueillent des informations.