Accueil du site > RAPPORTS PUBLICS > Santé > 2013 > La fiscalité spécifique applicable aux produits de santé et à l’industrie qui (...)

La fiscalité spécifique applicable aux produits de santé et à l’industrie qui les fabrique


Michel DURAFFOURG, Simon VANACKERE, Inspection générale des Affaires Sociales - Christophe BAULINET, Inspection générale des Finances

Le présent rapport fait suite à la 5ème réunion du Conseil stratégique des industries de santé (CSIS), tenue le 25 janvier 2012. Au cours de cette rencontre, le CSIS a adopté un certain nombre de mesures, dont la mesure n°7 qui prévoyait la réalisation d’un « audit de l’environnement fiscal des entreprises des produits de santé en France et en Europe ». Par un courrier du 4 avril 2012, les ministres de l’économie, des finances et de l’industrie ; du travail, de l’emploi et de la santé ; du budget, des comptes publics et de la réforme de l’Etat, ont chargé conjointement l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) et l’Inspection générale des finances (IGF) d’une mission relative à la fiscalité des produits de santé et à l’industrie qui les fabrique. La mission était plus particulièrement chargée de réaliser un état des lieux de la fiscalité spécifique applicable sur le territoire français, de procéder à des comparaisons avec la situation d’autres pays européens, et enfin d’identifier des pistes d’amélioration de la fiscalité ainsi que les moyens de leur mise en oeuvre. A cet égard, les propositions d’évolution devaient être guidées par l’objectif d’une plus grande efficience d’ensemble du dispositif de taxation, à rendements constants pour la puissance publique.

RM2012-132P_-_DEF.pdf (PDF - 2.3 Mo)
 
Informations pratiques

Recherche sur le site










Avertissement

Certains acteurs du champ sanitaire sont actuellement sollicités au téléphone par des personnes se présentant comme des membres de l'IGAS, ou mandatées par ce service, pour obtenir des informations sur leurs activités et leur clientèle.

L'IGAS invite les personnes sollicitées à ne communiquer aucune information dans ces circonstances. Elles doivent savoir que les inspecteurs de l'IGAS ne procèdent pas à des investigations inopinées par téléphone et qu'ils ne s'adressent jamais de manière anonyme aux organismes qu'ils contrôlent ou auprès desquels ils recueillent des informations.