Accueil du site > RAPPORTS PUBLICS > Travail, form. pro. > 2013 > Evaluation partenariale de la politique de formation professionnelle des (...)

Evaluation partenariale de la politique de formation professionnelle des demandeurs d’emploi (Modernisation de l’action publique)

Paulo GEMELGO, Anousheh KARVAR et Bruno VINCENT, membres de l’IGAS, Adrien BREGER, stagiaire.

Le ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social a saisi l’IGAS d’une mission d’évaluation de la politique de la formation professionnelle des demandeurs d’emploi. La mission a bâti son diagnostic de la situation autour de quatre questions structurant le parcours de formation des demandeurs d’emploi, ses finalités, ses modes opératoires et son mode de gouvernance : A quoi sert la formation ? Les parcours d’accès à la formation : comment les fluidifier ? Financement et compétences : comment simplifier le paysage institutionnel et les dispositifs associés ? Les organismes de formation : comment améliorer la qualité et favoriser les entrées-sorties permanentes ?
Pour améliorer et accroître la formation des demandeurs d’emploi, la mission présente 30 propositions formant un ensemble cohérent autour des quatre thèmes transversaux : introduire davantage de souplesse pour mieux répondre aux besoins des demandeurs d’emploi ; améliorer la qualité du service tout au long du parcours du demandeur d’emploi ; apporter les simplifications nécessaires à la lisibilité des démarches et des dispositifs ; responsabiliser chaque acteur et redéfinir la gouvernance globale.

Consulter le rapport

Annexes

 
Informations pratiques

Recherche sur le site










Avertissement

Certains acteurs du champ sanitaire sont actuellement sollicités au téléphone par des personnes se présentant comme des membres de l'IGAS, ou mandatées par ce service, pour obtenir des informations sur leurs activités et leur clientèle.

L'IGAS invite les personnes sollicitées à ne communiquer aucune information dans ces circonstances. Elles doivent savoir que les inspecteurs de l'IGAS ne procèdent pas à des investigations inopinées par téléphone et qu'ils ne s'adressent jamais de manière anonyme aux organismes qu'ils contrôlent ou auprès desquels ils recueillent des informations.