Accueil du site > RAPPORTS PUBLICS > Santé > 2013 > L’évolution des volumes d’activité des établissements de santé : description, (...)

L’évolution des volumes d’activité des établissements de santé : description, déterminants et prévision


Stéphanie DUPAYS, Jean-Philippe NATALI, avec l’appui de Marine JEANTET - Inspection générale des affaires sociales

La mission a étudié l’évolution des volumes hospitaliers sur les dernières années afin d’en identifier les déterminants. Les travaux ont porté sur le champ Médecine - Chirurgie - Obstétrique (MCO) et sur l’ensemble des activités financées à l’activité (séjours, séances, urgences, actes et consultations externes).
Si la croissance du nombre de séjours explique un tiers de la croissance du volume économique, la déformation de la nature même des séjours en explique les deux tiers, notamment en raison de la progression des niveaux de sévérité. Cependant, l’essentiel de l’augmentation de l’activité hospitalière (en nombre) entre 2009 et 2011 provient des séances. Cette forte croissance de l’activité hospitalière s’explique par plusieurs facteurs intriqués, hospitaliers ou extrahospitaliers, jouant dans des sens différents, mais principalement par des changements de pratiques médicales (progrès médical, chirurgie ambulatoire, hospitalisation à domicile etc.) qui expliqueraient un quart de la progression des dépenses en huit ans.
La croissance et le vieillissement de la population sont également des déterminants importants et conduisent mécaniquement à une augmentation supérieure à 1 % par an des séjours hospitaliers.

Consulter le rapport

 
Informations pratiques

Recherche sur le site










Avertissement

Certains acteurs du champ sanitaire sont actuellement sollicités au téléphone par des personnes se présentant comme des membres de l'IGAS, ou mandatées par ce service, pour obtenir des informations sur leurs activités et leur clientèle.

L'IGAS invite les personnes sollicitées à ne communiquer aucune information dans ces circonstances. Elles doivent savoir que les inspecteurs de l'IGAS ne procèdent pas à des investigations inopinées par téléphone et qu'ils ne s'adressent jamais de manière anonyme aux organismes qu'ils contrôlent ou auprès desquels ils recueillent des informations.