Accueil du site > RAPPORTS PUBLICS > Travail, form. pro. > 2013 > Les freins non financiers au développement de l’apprentissage

Les freins non financiers au développement de l’apprentissage


Christian VILLE et Stéphanie DUPAYS, Inspection générale des affaires sociales - Corinne DESFORGES et Hélène MARTIN, Inspection générale de l’administration - Alain PLAUD, Inspection générale de l’administration, de l’éducation nationale et de la recherche - Miriam BENAC et Jean-Pierre COLLIGNON, Inspection générale de l’éducation nationale - avec l’appui de Vincent LUCAS, stagiaire à l’IGAS

A la suite du rapport de modernisation de l’action publique (MAP) de l’inspection générale des affaires sociales (IGAS) et de l’inspection générale des finances (IGF) relatif aux aides financières à l’alternance, les ministres chargés de l’éducation nationale, du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social, et de la réforme de l’état, de la décentralisation et de la fonction publique ont souhaité prolonger la réflexion par une analyse des freins non financiers au développement du contrat d’apprentissage. A cet effet, ils ont missionné, par lettre du 23 octobre 2013, l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS), l’Inspection générale de l’éducation nationale (IGEN), l’Inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche (IGAENR) et l’Inspection générale de l’administration (IGA). Ce rapport pointe les freins culturels, pédagogiques, juridiques, organisationnels et institutionnels, qui au-delà des aspects financiers, entravent le développement de l’apprentissage. Il formule des recommandations visant à les surmonter.

Consulter le rapport

 
Informations pratiques

Recherche sur le site










Avertissement

Certains acteurs du champ sanitaire sont actuellement sollicités au téléphone par des personnes se présentant comme des membres de l'IGAS, ou mandatées par ce service, pour obtenir des informations sur leurs activités et leur clientèle.

L'IGAS invite les personnes sollicitées à ne communiquer aucune information dans ces circonstances. Elles doivent savoir que les inspecteurs de l'IGAS ne procèdent pas à des investigations inopinées par téléphone et qu'ils ne s'adressent jamais de manière anonyme aux organismes qu'ils contrôlent ou auprès desquels ils recueillent des informations.