Accueil du site > RAPPORTS PUBLICS > Santé > 2013 > Evaluation du dispositif médicosocial de prise en charge des conduites (...)

Evaluation du dispositif médicosocial de prise en charge des conduites addictives


Dr. Gilles DUHAMEL et Catherine HESSE - Inspection générale des affaires sociales.

L’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) a été saisie d’une mission d’évaluation du dispositif médico-social de prise en charge des conduites addictives, ciblant le dispositif spécialisé des centres de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA) et des centres d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques (CAARUD). L’évaluation a porté sur :

- la définition de ses missions, la façon dont elles sont remplies et l’éventuel besoin de leur adaptation en particulier aux publics concernés (dont les jeunes consommateurs, les femmes, les personnes migrantes…), et notamment la pertinence d’une mission de prévention obligatoire pour les CSAPA ;

- son fonctionnement, les évolutions à promouvoir pour plus d’efficacité et un meilleur service rendu, notamment l’articulation des missions de réduction des risques des CSAPA et des CAARUD ;

- leur financement, la possibilité de le rénover en fixant des tarifs ambulatoire, et la possibilité de fixer un taux d’encadrement dans ces structures ;

- la pertinence du maintien de CSAPA spécialisés ;

- la pertinence d’une structuration de l’offre de soins autour du CSAPA comme centre ressource d’un territoire.

Consulter le rapport

 
Informations pratiques

Recherche sur le site










Avertissement

Certains acteurs du champ sanitaire sont actuellement sollicités au téléphone par des personnes se présentant comme des membres de l'IGAS, ou mandatées par ce service, pour obtenir des informations sur leurs activités et leur clientèle.

L'IGAS invite les personnes sollicitées à ne communiquer aucune information dans ces circonstances. Elles doivent savoir que les inspecteurs de l'IGAS ne procèdent pas à des investigations inopinées par téléphone et qu'ils ne s'adressent jamais de manière anonyme aux organismes qu'ils contrôlent ou auprès desquels ils recueillent des informations.