Accueil du site > RAPPORTS PUBLICS > Santé > 2014 > Audit d’organisation de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des (...)

Audit d’organisation de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM)


S.Arambourou, C.Gardette et A.Karvar

Issue de la « crise du Mediator® », la loi du 29 décembre 2011 a créé l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et redéfini ses missions ainsi que sa gouvernance, afin de lui permettre de répondre aux défaillances et anomalies de fonctionnement constatées. Si la loi de 2011 a créé l’ANSM et a redéfini ses missions, celle-ci ne s’est substituée à l’AFSSAPS qu’à partir du 1er mai 2012, tandis que la nouvelle organisation de l’agence a été mise en place à compter du 3 octobre 2012.
Compte tenu de l’ampleur et du caractère récent de cette réorganisation d’ensemble, la ministre des affaires sociales et de la santé a confié à l’IGAS une mission d’audit de l’organisation de l’ANSM. 
L’objectif premier fixé par la lettre de mission consistait à « évaluer les changements mis en œuvre par l’ANSM dans le cadre de la réforme de la sécurité du médicament ». Il était demandé à la mission de s’attacher plus spécifiquement à l’évaluation de : l’organisation de l’expertise ; la réorganisation de la pharmacovigilance et de la matériovigilance ; la mise en œuvre des nouvelles missions (contribution à la recherche indépendante, conduite d’études de pharmaco-épidémiologie, contribution aux travaux du « pharmacovigilance risk assessment committee »-PRAC, contrôle de la publicité…) ; des travaux en cours sur le schéma directeur des systèmes d’information.

Consulter le rapport

Consulter les annexes

Consulter les réponses au contradictoire

 
Informations pratiques

Recherche sur le site










Avertissement

Certains acteurs du champ sanitaire sont actuellement sollicités au téléphone par des personnes se présentant comme des membres de l'IGAS, ou mandatées par ce service, pour obtenir des informations sur leurs activités et leur clientèle.

L'IGAS invite les personnes sollicitées à ne communiquer aucune information dans ces circonstances. Elles doivent savoir que les inspecteurs de l'IGAS ne procèdent pas à des investigations inopinées par téléphone et qu'ils ne s'adressent jamais de manière anonyme aux organismes qu'ils contrôlent ou auprès desquels ils recueillent des informations.