Accueil du site > RAPPORTS PUBLICS > Générosité publique > Appel à la générosité du public : contrôle du compte d’emploi des ressources de (...)

Appel à la générosité du public : contrôle du compte d’emploi des ressources de l’association Valentin Haüy au service des aveugles et malvoyants


V.Martin Saint-Leon et D.Noury (IGAS)

Reconnue d’utilité publique le 1er décembre 1891, l’Association Valentin Haüy (AVH) au service des aveugles et des malvoyants est implantée dans toute la France et gère un budget de 40 millions d’euros, dont un quart provient de la générosité publique.
Elle soutient les personnes déficientes visuelles pour la reconnaissance de leurs droits, leur information, leur pleine participation à la vie sociale et professionnelle ainsi que le développement de leur autonomie au quotidien.
Elle a l’obligation, en vertu de la loi du 7 août 1991, d’établir un compte d’emploi annuel des ressources collectées auprès du public, afin d’informer ses donateurs de l’utilisation faite de leurs dons.
Au vu des investigations conduites, la mission de contrôle menée par l’Inspection générale des affaires sociales estime que les dépenses engagées de 2011 à 2013 par l’association Valentin Haüy sont conformes aux objectifs poursuivis par les appels à la générosité du public.
Elle souligne l’intérêt du projet associatif en cours d’élaboration pour fixer les priorités d’actions, relève la révision opportune d’une stratégie de collecte trop coûteuse et demande une meilleure information des donateurs sur le niveau et la justification des réserves que l’association a constituées au fil du temps.

Consulter le rapport

 
Informations pratiques

Recherche sur le site










Avertissement

Certains acteurs du champ sanitaire sont actuellement sollicités au téléphone par des personnes se présentant comme des membres de l'IGAS, ou mandatées par ce service, pour obtenir des informations sur leurs activités et leur clientèle.

L'IGAS invite les personnes sollicitées à ne communiquer aucune information dans ces circonstances. Elles doivent savoir que les inspecteurs de l'IGAS ne procèdent pas à des investigations inopinées par téléphone et qu'ils ne s'adressent jamais de manière anonyme aux organismes qu'ils contrôlent ou auprès desquels ils recueillent des informations.