Accueil du site > RAPPORTS PUBLICS > Santé > 2016 > Note d’étape/premières constatations : Enquête sur des incidents graves (...)

Note d’étape/premières constatations : Enquête sur des incidents graves survenus dans le cadre de la réalisation d’un essai clinique


C.d’Autume et Dr.G.Duhamel (IGAS)

L’IGAS a été saisie par la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes, le 15 janvier 2016, d’une mission d’inspection sur site à la suite d’un accident grave survenu dans le cadre de la réalisation d’un essai clinique de phase I à Rennes.
Il a été demandé à la mission d’indiquer dans quelles conditions il avait été fait application de la réglementation en matière :
- d’autorisation de réalisation de l’essai clinique ;
‐ d’autorisation de lieux habilités à réaliser une activité de recherche biomédicale ;
‐ de respect des dispositions de recrutement de volontaires sains ;
‐ d’administration d’un produit pharmaceutique ;
‐ de signalement d’évènements indésirables graves ;
‐ de modalités d’information des familles ;
« la responsabilité des différents intervenants dans le respect des exigences et des bonnes pratiques organisationnelles et professionnelles devant être clairement établie ».
Après deux semaines d’investigation, cette note d’étape, remise le 4 février 2016, présente les premières constatations de la mission.
L’IGAS poursuit ses investigations jusqu’à remise du rapport final.

Lire la note d’étape

Le discours de Mme la ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes – Point presse du 4 février 2016

 
Informations pratiques

Recherche sur le site










Avertissement

Certains acteurs du champ sanitaire sont actuellement sollicités au téléphone par des personnes se présentant comme des membres de l'IGAS, ou mandatées par ce service, pour obtenir des informations sur leurs activités et leur clientèle.

L'IGAS invite les personnes sollicitées à ne communiquer aucune information dans ces circonstances. Elles doivent savoir que les inspecteurs de l'IGAS ne procèdent pas à des investigations inopinées par téléphone et qu'ils ne s'adressent jamais de manière anonyme aux organismes qu'ils contrôlent ou auprès desquels ils recueillent des informations.