Accueil du site > RAPPORTS PUBLICS > Cohésion Sociale > 2015 > Les conditions de mise en œuvre des projets linguistiques des jeunes sourds (...)

Les conditions de mise en œuvre des projets linguistiques des jeunes sourds et la qualité de leur parcours


P.Naves (IGAS) – L.Brisset et G.Pétreault (IGEN)

La loi du 11 février 2005 a constitué une étape importante pour l’ensemble des personnes handicapées et plus particulièrement pour les jeunes sourds en renouvelant la définition de l’éducation bilingue introduite par la loi en 1991.
À la suite, le ministère de l’éducation nationale a établi des programmes spécifiques, dans le premier degré et le second degré pour l’enseignement de la langue des signes française (LSF) ; il a aussi notamment créé un CAPES LSF.

La mission confiée à l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) et à l’Inspection générale de l’éducation nationale (IGEN) s’est attachée à comprendre, de la naissance d’un enfant sourd jusqu’à son orientation professionnelle :
- la place reconnue et l’attention accordée aux parents ;
- les modalités d’intervention des professionnels et leur formation ;
- les organisations développées par le ministère de l’éducation nationale et par les établissements médicosociaux qui relèvent du ministère chargé de la santé.

Elle a cherché à apprécier la qualité des formations des personnels et l’état du développement de formations universitaires ainsi que de la recherche dans le champ de la linguistique et de la didactique pour les jeunes sourds.

Lire le résumé

Lire le rapport

 
Informations pratiques

Recherche sur le site










Avertissement

Certains acteurs du champ sanitaire sont actuellement sollicités au téléphone par des personnes se présentant comme des membres de l'IGAS, ou mandatées par ce service, pour obtenir des informations sur leurs activités et leur clientèle.

L'IGAS invite les personnes sollicitées à ne communiquer aucune information dans ces circonstances. Elles doivent savoir que les inspecteurs de l'IGAS ne procèdent pas à des investigations inopinées par téléphone et qu'ils ne s'adressent jamais de manière anonyme aux organismes qu'ils contrôlent ou auprès desquels ils recueillent des informations.