Accueil du site > RAPPORTS PUBLICS > Santé > 2007 > Gestion et utilisation des ressources humaines dans six établissements de (...)

Gestion et utilisation des ressources humaines dans six établissements de santé spécialisés en psychiatrie


STROHL Hélène , BASTIANELLI Jean-Paul , LAURAND Gérard , PLANES-RAISENAUER Christian , FRANCE. Inspection générale des affaires sociales

La mission IGAS a contrôlé les établissements psychiatriques de Ville-Evrard (Seine Saint-Denis), Evreux (Eure), Thuir (Aude), Pierrefeu-du-Var (Var), Bassens (Savoie) et l’Institut Marcel Rivière (Yvelines), établissement privé participant au service public hospitalier, géré par la Mutuelle générale de l’éducation nationale (MGEN). Dans chacun de ces établissements, une mission composée de deux inspecteurs généraux a contrôlé l’exercice de la fonction " gestion des ressources humaines ", l’utilisation de ces moyens rapportés à l’activité de l’établissement et à son offre de service. Il s’agissait d’analyser comment chacun de ces établissements mobilisait les moyens humains financés et disponibles et ensuite d’apprécier la nature du service rendu par ces soignants, médecins et non-médecins. Le présent rapport reprend les constats et les conclusions qui peuvent avoir des effets sur la politique de santé publique en psychiatrie, tant du point de vue de l’amélioration du fonctionnement des établissements que d’une meilleure allocation des moyens. Il examine successivement les points suivants : attribution - gestion - utilisation des ressources humaines avant de dégager quelques pistes d’amélioration.

(Bibliothèque des rapports publics - Documentation française)

 
Informations pratiques

Recherche sur le site










Avertissement

Certains acteurs du champ sanitaire sont actuellement sollicités au téléphone par des personnes se présentant comme des membres de l'IGAS, ou mandatées par ce service, pour obtenir des informations sur leurs activités et leur clientèle.

L'IGAS invite les personnes sollicitées à ne communiquer aucune information dans ces circonstances. Elles doivent savoir que les inspecteurs de l'IGAS ne procèdent pas à des investigations inopinées par téléphone et qu'ils ne s'adressent jamais de manière anonyme aux organismes qu'ils contrôlent ou auprès desquels ils recueillent des informations.