Accueil du site > RAPPORTS PUBLICS > Santé > 2017 > Répondre aux besoins de santé en formant mieux les médecins : propositions (...)

Répondre aux besoins de santé en formant mieux les médecins : propositions pour évaluer et réviser le troisième cycle des études médicales


F.Allot et J.Debeaupuis (IGAS) – S.Elshoud et P.Perrey (IGAENR)

Le 3ème cycle des études médicales permet aux médecins d’acquérir la formation de spécialité qu’ils exerceront à l’issue de leurs études. Ce 3ème cycle a été réformé en 2016. Il compte désormais 44 diplômes d’études spécialisées, au lieu de 30, dont les contenus pédagogiques sont formalisés dans des maquettes. La densification de la formation, l’autonomisation progressive et la suppression des diplômes complémentaires redonnent ainsi au post-internat sa raison d’être et doivent permettre une installation plus précoce des médecins.

Le rapport analyse cette réforme et le début de sa mise en œuvre. Il propose une méthode et des critères d’évaluation et de révision des maquettes de formation, en mettant en perspective les compétences à acquérir et les besoins de santé. Il donne des éléments de comparaison avec l’organisation des études médicales dans plusieurs pays étrangers (Allemagne, Royaume-Uni, Espagne, Italie, États-Unis et Suède).
Il fait un focus sur quelques spécialités médicales et l’évolution de leur 3ème cycle. Il met en évidence l’intérêt des synergies entre systèmes d’information pour orienter les futures évolutions.

- Le rapport

 
Informations pratiques

Recherche sur le site










Avertissement

Certains acteurs du champ sanitaire sont actuellement sollicités au téléphone par des personnes se présentant comme des membres de l'IGAS, ou mandatées par ce service, pour obtenir des informations sur leurs activités et leur clientèle.

L'IGAS invite les personnes sollicitées à ne communiquer aucune information dans ces circonstances. Elles doivent savoir que les inspecteurs de l'IGAS ne procèdent pas à des investigations inopinées par téléphone et qu'ils ne s'adressent jamais de manière anonyme aux organismes qu'ils contrôlent ou auprès desquels ils recueillent des informations.