Accueil du site > RAPPORTS PUBLICS > Cohésion Sociale > 2017 > Rapport de la mission bipartite de réflexion sur les mineurs non (...)

Rapport de la mission bipartite de réflexion sur les mineurs non accompagnés


IGAS- IGA – IGJ – Assemblée des départements de France - Conseils départementaux de Meurthe-et-Moselle et de l’Oise

Du fait de leur compétence en matière de protection de l’enfance (cette compétence étant décentralisée en France), les départements se retrouvent aux avant-postes de l’accueil des jeunes migrants privés temporairement ou définitivement de la protection de leur famille, dits « mineurs non accompagnés ».
Près de 15.000 mineurs non accompagnés ont ainsi été confiés l’an dernier aux départements sur décision judiciaire (contre 5.000 en 2014). L’augmentation très significative des flux d’arrivée met à l’épreuve les dispositifs d’accueil, tout particulièrement dans la phase initiale de mise à l’abri et d’évaluation de la minorité et de l’isolement de ces jeunes migrants.

Dans ce contexte, une mission associant, de manière inédite, des représentants de l’État (Inspection générale des affaires sociales, Inspection générale de l’administration, Inspection générale de la justice) et des départements (Assemblée des départements de France, conseils départementaux de Meurthe-et-Moselle et de l’Oise) a été chargée d’identifier des solutions opérationnelles pour l’évaluation et la mise à l’abri des mineurs non accompagnés, dans le respect des objectifs d’effectivité et de cohérence de la protection due aux mineurs mais aussi de soutenabilité budgétaire pour les financeurs.

Outre des propositions techniques destinées à améliorer l’organisation de l’évaluation des jeunes migrants, la mission a formulé deux scenarii de réformes possibles quant au partage de responsabilités : l’un fondé sur un transfert à l’État de ces compétences, l’autre fondé sur une amélioration de la compensation financière attribuée aux départements par l’État. Le rapport appelle à une co-responsabilité de l’État et des départements sur un phénomène migratoire dont l’incidence sera durable sur la protection de l’enfance.

Lire le rapport

Lire les annexes

 
Informations pratiques

Recherche sur le site










Avertissement

Certains acteurs du champ sanitaire sont actuellement sollicités au téléphone par des personnes se présentant comme des membres de l'IGAS, ou mandatées par ce service, pour obtenir des informations sur leurs activités et leur clientèle.

L'IGAS invite les personnes sollicitées à ne communiquer aucune information dans ces circonstances. Elles doivent savoir que les inspecteurs de l'IGAS ne procèdent pas à des investigations inopinées par téléphone et qu'ils ne s'adressent jamais de manière anonyme aux organismes qu'ils contrôlent ou auprès desquels ils recueillent des informations.