Accueil du site > RAPPORTS PUBLICS > Protection Sociale > 2018 > L’organisation et l’animation du réseau des conseillers pour les affaires (...)

L’organisation et l’animation du réseau des conseillers pour les affaires sociales au sein des postes diplomatiques


L.Caussat et M.Elbaum (IGAS)

Créé dans les années 60, le réseau des conseillers pour les affaires sociales est un réseau de taille modeste, comptant aujourd’hui 18 personnes localisées dans 14 postes diplomatiques de la France à l’étranger, sous l’autorité partagée des ambassadeurs et des ministères en charge du travail, de la santé et de la solidarité.
Ces conseillers ont une triple fonction : informer les autorités françaises sur l’évolution des politiques et enjeux sociaux à l’étranger  ; faire connaître les actions de la France en matière sociale et soutenir sa capacité d’influence sur ces sujets  ; faciliter la conclusion d’accords dans ce domaine et en suivre l’application. Dans les faits, leurs attributions sont très diverses selon les localisations et les types de postes.
Cette mission, réalisée dans le cadre du programme d’activité propre de l’IGAS, s’est penchée sur le dimensionnement, la localisation et les modalités d’animation de ce réseau  ; au-delà, elle s’est intéressée aux coopérations pouvant être organisées avec les autres réseaux internationaux de la France afin que les enjeux liés au travail, à l’emploi, à la santé, à la cohésion sociale soient mieux intégrés dans l’action extérieure de la France. Ces analyses et propositions s’inscrivent dans une réflexion plus large sur les réseaux français à l’étranger menée dans le cadre de l’exercice ‘Action publique 2022’.

Lire le rapport

 
Informations pratiques

Recherche sur le site










Avertissement

Certains acteurs du champ sanitaire sont actuellement sollicités au téléphone par des personnes se présentant comme des membres de l'IGAS, ou mandatées par ce service, pour obtenir des informations sur leurs activités et leur clientèle.

L'IGAS invite les personnes sollicitées à ne communiquer aucune information dans ces circonstances. Elles doivent savoir que les inspecteurs de l'IGAS ne procèdent pas à des investigations inopinées par téléphone et qu'ils ne s'adressent jamais de manière anonyme aux organismes qu'ils contrôlent ou auprès desquels ils recueillent des informations.