Accueil du site > RAPPORTS PUBLICS > Cohésion Sociale > 2009 > Référentiel de missions du service civique volontaire

Référentiel de missions du service civique volontaire


FONTANEL-LASSALLE Marie , THIERRY Michel , FRANCE. Inspection générale des affaires sociales

Dispositif mis en place par la loi n°2006-396 du 31 mars 2006 pour l’égalité des chances, le service civil volontaire constitue un relais non obligatoire du service national depuis son extinction en 1998. Il est destiné aux jeunes de 16 à 25 ans qui souhaitent contribuer à une mission d’intérêt général auprès d’une association ou d’une collectivité publique pendant une durée de six, neuf ou douze mois. Depuis 2006, le dispositif est resté confidentiel, puisque contrairement à l’objectif initialement affiché de 15 000 jeunes par an, entre 2500 et 3000 jeunes sont actuellement volontaires, et près de 6500 ont été recrutés depuis le démarrage du dispositif. Le livre vert de la commission de concertation sur la politique de la jeunesse propose de relancer ce dispositif pour "faire du service civique une étape naturelle dans la vie des jeunes" (consulter le rapport : http://www.ladocumentationfrancaise…). La rénovation du dispositif, dans le sens d’une simplification de la procédure administrative, fait l’objet d’une proposition de loi en discussion au Sénat fin octobre 2009. Parallèlement, une mission de réflexion a été confiée à l’IGAS pour contribuer à l’établissement d’un référentiel des missions confiées aux volontaires.

(Bibliothèque des rapports publics - Documentation française)

 
Informations pratiques

Recherche sur le site










Avertissement

Certains acteurs du champ sanitaire sont actuellement sollicités au téléphone par des personnes se présentant comme des membres de l'IGAS, ou mandatées par ce service, pour obtenir des informations sur leurs activités et leur clientèle.

L'IGAS invite les personnes sollicitées à ne communiquer aucune information dans ces circonstances. Elles doivent savoir que les inspecteurs de l'IGAS ne procèdent pas à des investigations inopinées par téléphone et qu'ils ne s'adressent jamais de manière anonyme aux organismes qu'ils contrôlent ou auprès desquels ils recueillent des informations.