Accueil du site > RAPPORTS PUBLICS > Santé > 2009 > Le financement de la recherche, de l’enseignement et des missions d’intérêt (...)

Le financement de la recherche, de l’enseignement et des missions d’intérêt général dans les établissements de santé


BRAS Pierre-Louis , DUHAMEL Gilles , FRANCE. Inspection générale des affaires sociales

Au-delà des prestations de soins dont le financement est pris en compte par la tarification à l’activité (T2A), certains établissements de santé assurent des missions d’intérêt général (MIG). Pour compenser les charges liées à l’accomplissement de ces MIG, une dotation a été créée dans la mesure où ces activités n’étaient pas quantifiables à travers les données du programme de médicalisation des systèmes d’information (PMSI) sur lequel se fonde la T2A et n’étaient pas liées aux variations de l’activité de soins réalisée. La dotation se décompose en deux parties : une enveloppe qui vise à financer principalement les activités d’enseignement et de recherche mais aussi les activités de recours et celles liées à l’innovation (enveloppe Mission Enseignement Recherche, Recours, Innovation - MERRI) ; une enveloppe qui a vocation à financer toutes les autres missions d’intérêt général, parmi lesquelles l’aide médicale urgente soit les SAMU et les SMUR, les équipes mobiles de gériatrie et celles de soins palliatifs, les unités de consultation et de soins ambulatoires pour les personnes détenues. L’IGAS a conduit une mission d’évaluation du financement de ces missions dans les établissements de santé.

(Bibliothèque des rapports publics - Documentation française)

 
Informations pratiques

Recherche sur le site










Avertissement

Certains acteurs du champ sanitaire sont actuellement sollicités au téléphone par des personnes se présentant comme des membres de l'IGAS, ou mandatées par ce service, pour obtenir des informations sur leurs activités et leur clientèle.

L'IGAS invite les personnes sollicitées à ne communiquer aucune information dans ces circonstances. Elles doivent savoir que les inspecteurs de l'IGAS ne procèdent pas à des investigations inopinées par téléphone et qu'ils ne s'adressent jamais de manière anonyme aux organismes qu'ils contrôlent ou auprès desquels ils recueillent des informations.