Accueil du site > RAPPORTS PUBLICS > Santé > 2009 > La prise en charge de l’interruption volontaire de grossesse

La prise en charge de l’interruption volontaire de grossesse


AUBIN Claire , JOURDAIN MENNINGER Danièle , CHAMBAUD Laurent , FRANCE. Inspection générale des affaires sociales

Le présent document fait partie des rapports thématiques publiés par l’IGAS dans le cadre de sa mission d’évaluation des politiques publiques relative à la prévention des grossesses non désirées et à la prise en charge des interruptions volontaires de grossesse, à la suite de la loi du 4 juillet 2001. Il se concentre sur les conditions de prise en charge de l’IVG. Il vise à évaluer l’impact sur la mise en oeuvre concrète du droit à l’IVG des modifications législatives et réglementaires intervenues au cours de la dernière décennie. Le champ des travaux a été dès le départ circonscrit, pour ce qui concerne les interruptions de grossesse, à celles pratiquées, à la demande de la femme enceinte, jusqu’à la fin de la douzième semaine de grossesse (ou quatorzième semaine d’aménorrhée). Les interruptions de grossesse pratiquées pour motif médical, qui répondent à une problématique et obéissent à des règles différentes, ne sont donc pas abordées dans le présent rapport. Le recours à l’IVG, l’évolution du phénomène, ses enjeux, les questions relatives à la prévention des grossesses non désirées font l’objet d’une analyse dans le rapport de synthèse (consulter le rapport de synthèse : http://www.ladocumentationfrancaise…).

 
Informations pratiques

Recherche sur le site










Avertissement

Certains acteurs du champ sanitaire sont actuellement sollicités au téléphone par des personnes se présentant comme des membres de l'IGAS, ou mandatées par ce service, pour obtenir des informations sur leurs activités et leur clientèle.

L'IGAS invite les personnes sollicitées à ne communiquer aucune information dans ces circonstances. Elles doivent savoir que les inspecteurs de l'IGAS ne procèdent pas à des investigations inopinées par téléphone et qu'ils ne s'adressent jamais de manière anonyme aux organismes qu'ils contrôlent ou auprès desquels ils recueillent des informations.